PELE MELE

Dynamitage de la tour à plomb

METALEUROP, 3 ans après:
FONDRE EN CHOEUR

Histoire du site : de l’aube de la métallurgie à la renaissance industrielle.

Le 17 mars 2006 à 10 heures, la grande cheminée de l’usine de METALEUROP-Nord a été abattue. Cette date marquera la fin de la métallurgie du plomb et du zinc sur le site de METALEUROP, et l’entrée du site dans une nouvelle ère d’économie de recyclage. Bien sûr toute l’histoire du site et des riverains de l’usine reste à écrire, bien sûr toutes les installations métallurgiques et fours seront détruits, mais bien sûr naîtront plusieurs petits ateliers de recyclage qui redonneront vie au site et recréeront de l’activité et emplois.

SITA AGORA

Renaissance du site : AGORA


Nous nous demandions ce qui restera du site et ce que nous pourrons montrer à nos enfants, petits enfants et amis à la fin de la déconstruction. Il ne restera rien des outils de production de plomb, de zinc, des métaux spéciaux et des ateliers de plomb ouvré; même pas la tour à plomb de chasse, symbole de 110 années d’activité métallurgique sur le site et celà malgrés notre mobilisation pour qu’elle soit sauvée et qu’elle devienne la plus haute construction du site avec ses 60 mètres . Cette tour, construite en 1924 avec une technologie unique en Europe à l’instar des gratte-ciel américains avait été financée par les dommages de guerre et elle symbolise l’arrivée de PENARROYA et la renaissance de la métallurgie sur le site après la destruction totale de tous les ateliers en 1917. Aujourd’hui comme alors, le site ne sera ni laissé à l’abandon, ni transformé en friche industrielle, il reprendra vie et comme le montre le sigle de Chœurs de Fondeurs, le phénix renaîtra de ses cendres : le soleil se lève sur une lingotière, symbole du vieux métier de fondeur où s’épanouit une fleur aux couleurs des métiers de METALEUROP. L’activité de déconstruction avance vite, le site deviendra une pépinière d’ateliers de recyclage avec de nombreux projets industriels : collecte et valorisation des pneus usés, collecte et démantèlement des véhicules hors d’usage, valorisation des équipements électriques et électroniques, traitement des terres polluées,valorisation des déchets verts, et quelques autres projets sont à l’étude. Le site s’appelle désormais AGORA, mais pour nous, il sera toujours situé rue MALFIDANO.

Découverte

 

Exposition


Le numéro n° 10 de l’écrit du chœur, décrivait le travail effectué par les ex-salariés bénévoles pour sauver les archives de la destruction ou de l’oubli, de les classer afin de les conserver aux Archives du Monde du Travail à Roubaix, pour quelles soient accessibles aux historiens et aux futures générations. Parallèlement,nous avions entrepris de sauvegarder et de rassembler les outils, lingotières, petits équipements de sécurité, casques, masques, bottes et vêtements de sécurité, mais aussi des maquettes, documents divers, photos, livres et films documentaires, pour qu’ils restent une mémoire du passé et nous souhaitions les présenter au public. De même, la société SITA désirait présenter tous ses projets industriels à la population. Et c’est ainsi que l’idée d’une exposition était née avec beaucoup d’enthousiasme et une équipe de bénévoles s’était constituée autour de Bernadette SZLAPKA . Cette équipe était chargée de préparer cette exposition autour des photographies anciennes ou plus récentes de Jacques WYART, souvent inédites, des maquettes, d’un film documentaire retraçant l’histoire du site et tous objets sauvés de l’oubli.

C’est ainsi que Chœurs de fondeurs en coopération avec l’Education Nationale, SITA, ACE, et avec le concours des mairies et de nombreux autres sponsors, avaient organisé cette grande exposition et invité un large public à venir découvrir ce que l'on peut appeler: "la mémoire des Métallos" . Les anciens de METALEUROP-PENARROYA, aidés de nombreux autres amis bénévoles avaient été ravis de les accueillir à leur exposition du 25 mars au 04 avril 2006 à la salle Cosec de Courcelles-lès-Lens.

Les métaux spéciaux

La grande aventure des métaux spéciaux


L’histoire des métaux spéciaux sur le site restait à écrire: elle a commencé avec la production de bismuth ultra-pur. Le grand développement de la production de l’indium et du germanium a pu se faire quand l’usine à zinc moderne, la seule au monde à raffiner toute sa production de zinc, arécupéré la totalité des petits métaux qui s’accumulaient dans ses circuits. L’exploitation en 1975 de la mine de Saint-Salvy a amené du germanium sur le site et a conduit à la grande aventure des métaux spéciaux. L’usine moderne de production de métaux spéciaux, entièrement conçue, réalisée et exploitée par les salariés de METALEUROP a été totalement oubliée des médias plus portés à décrire une vieille usine noire. Mais le site hébergeait l’usine la plus importante au monde de production d’indium et de germanium avec 30 tonnes de germanium et 60 à 70 tonnes d’indium, soit le quart de la production mondiale d’indium neuf. La fermeture du site a bouleversé la donne mondiale des métaux spéciaux et a mis en péril le développement des écrans plats (TV, ordinateurs, montres et autres écrans) Le produit miracle est l’ITO, oxyde d’indium et d’étain, semi-conducteur qui en couche mince conduit l’électricité et la lumière et permet ainsi de produire des téléviseurs à écran plat sans les énormes tubes cathodiques qui les alourdissent. L’indium n’a pas de produit de substitution alors que d’autres applications en fort développement se trouvent ralenties faute de métal. Les cours de l’indium sont passés de 80 $/kg à la fermeture à 1100 $/kg aujourd’hui et rendraient aujourd’hui l’usine du site très profitable, pour une production de 70 tonnes par an, l’amélioration du résultat serait de 60 millions € pour le seul indium. Dans le même temps les cours du plomb et du zinc ont été plus que doublés.

De Malfidano à Metaleurop

De l’aube de la métallurgie à la fermeture .

Dès 1894, à l’aube industrielle, on produisait déjà du plomb et du zinc dans l’usine de la Société Française de MALFIDANO. Si notre usine a changé souvent de nom, elle n’a pas changé d’adresse tout au long de ces 110 années de production : rue MALFIDANO. Et dès l’origine, le site était déjà desservi par les trois lignes de transports eau, rail et route. Le site, localisé sur le canal de la Haute Deûle aménagé dès le 17ème siècle, est raccordé au chemin de fer de la ligne Paris Lille sous la bannière de la Compagnie du Nord créée en 1883 et enfin àla route reliant la capitale française au Nord de l’Europe, existait depuis l’époque gallo-romaine. Ce Delta 3 avant la lettre, localisé à proximité du charbon, était créateur d’activité et d’emploi et manifestait une volonté de développement industriel, c’était la révolution industrielle. Dès la création du site et jusqu’en 1962 date de l’installation du procédé Imperial Smelting, on y a produit du zinc selon l’ancien procédé de creusets horizontaux. Pour produire alors, il fallait non seulement du minerai de zinc grillé, du charbon maigre, de la terre à poterie et surtout beaucoup de main d’œuvre : des femmes, des hommes venus de tous pays ou de toutes régions de France, attirés par le développement de l’industrie métallurgique et minière. Ils apportaient leur compétence et leur savoir-faire, mais les conditions de travail étaient terribles. Noyelles-Godault et Courcelles-lès-Lens étaient connues de la planète entière pour abriter un grand site métallurgique des non ferreux avec des usines constamment modernisées, si bien que le Grand Dictionnaire Encyclopédique Larousse prendra pour illustrer les mots plomb et zinc, les schémas de ces usinesLa « filiale » METALEUROP-Nord a été créée en octobre 1994 à la suite des graves accidents de l’atelier de raffinage du zinc. On a appris récemment que METALEUROP-Nord existait déjà depuis plus d’un an sous le nom de FRIEDMANN MESSINE. La fermeture du site était déjà rendue possible à tout moment.

Mémoire du Site

La Mémoire du Site Industriel de Noyelles-Godault :

L’origine de Malfidano et de Penarroya !

MALFIDANO 1867 – 1920 & PENARROYA 1881 - 1920

Que savons-nous de l’histoire de notre usine, de la période avant et pendant la Grande Guerre dans les zones occupées? Que restera-t-il de l’histoire de notre usine qui s’appelait alors MALFIDANO ? …

Et combien de fois en parcourant la fameuse rue de MALFIDANO ou en lisant sur la façade cette date mystérieuse de 1894 nous nous sommes demandés qu’elle était cette mystérieuse Société MALFIDANO et ce qu’elle était devenue pendant ces années de la Grande Guerre.Un jeton de présence aux Assemblées Générales d’une Société Anonyme des Mines de MALFIDANO précise : « Ce jeton a été gravé par J. Lagrange sous le titre : mineur à la fin du XIXème siècle, il a été frappé à la Monnaie de Paris. Nous n’avons aucune information sur la Société des Mines de MALFIDANO ».

Alors nous sommes partis à la recherche de la Compagnie perdue : MALFIDANO , société française, d’origine sarde et non andalouse comme on le pense généralement en la confondant avec PENARROYA ?

Le premier chapitre : Naissance de la Société Anonyme des Mines de MALFIDANO, tentera de répondre aux nombreuses questions : Comment cette société, née d’une véritable ruée vers les mines de Sardaigne a-t-elle pu connaître une telle folie boursière à Paris ? Pourquoi cette compagnie minière a-t-elle pris la décision de produire son propre zinc et de créer de toutes pièces une usine métallurgique sur le site de la Compagnie des Mines de Dourges ? Qui a fondé cette Société Anonyme des Mines de MALFIDANO. Nous découvrirons l’histoire d’aventuriers, de mineurs, de poètes, de trafiquants d’antiquités, de géologues et de mineurs envoyés par les compagnies minières à la recherche de ce métal nouveau : le zinc, mis à la mode à Paris par le Baron Haussmann. C’est l’histoire d’hommes et de femmes parfois extraordinaires, celle du fameux découvreur de la calamine de MALFIDANO, Jean Eyquem, l’homme qui voulait, dès 1851 construire une usine à zinc. C’est aussi l’Histoire d’une ville minière de MALFIDANO, Buggerru, « le petit Paris » surgie de nulle part. L’histoire de la mine sarde et des mineurs sera marquée pour toujours par la terrible tuerie de Buggerru, dont la responsabilité incombe à la Société MALFIDANO et son étrange directeur Achilles Giorgiades. Ces événements déclanchèrent la première grève générale d’Italie. C’est enfin l’histoire d’une famille propriétaire du terrain, qui déboisera et détruira l’environnement de la mine de MALFIDANO. Cette famille tentera d’exploiter illégalement la mine et sera condamnée par la Justice. Et de cette famille naîtra un génie de la peinture : Amadeo Modigliani.

Puis nous découvrirons dans un deuxième chapitre : Création de l’usine de Noyelles-Godault, quelle était cette nouvelle usine à zinc, pourquoi et comment elle a été construite à Noyelles-Godault alors que la plupart des travailleurs vivaient avec leur famille à Courcelles-lès-Lens, dans une cité semblable aux cités des mines : la cité Monvoisin. Les fours à zinc de l’usine de MALFIDANO ont été décrits en détail dans le rapport du Jury International de l’Exposition Universelle de Paris de 1900. Avec les nombreuses photographies et cartes postales collectées pour l’exposition sur la vie du site et avec les documents collectés et versés au fond documentaire du Centre des Archives du Monde du Travail de Roubaix, toute la vie de l’usine et des travailleurs peut être reconstituée.

Dans le troisième chapitre : Le créateur de PENARROYA, sauve la mine d’Anzin et convoite l’usine MALFIDANO, Un certain Charles Ernest Ledoux fonde PENARROYA avec l’aide d’une « grande Maison de Paris » : la maison Rothschild. Ledoux, grand expert de la mine de charbon a orienté PENARROYA vers la production de zinc et cherchait un site, si possible en France. Si vous passez près d’Anzin dans le département du Nord, vous pourrez voir la fameuse fosse «Ledoux» qui marque le re-démarrage et le sauvetage de l’activité d’extraction du charbon dans une des plus anciennes compagnies celle des Mines d’Anzin, c’est bien là que l’une des plus grandes grèves a lieu du 21 février 1884 au 27 avril 1884 qui elle aura des conséquences économiques sociales et politiques importantes et non prévues : Émile Zola écrira son chef d’œuvre: Germinal, le syndicalisme en France se structurera et prendra une grande extension, avec les créations des premières  «Chambres syndicales des ouvriers mineurs», celles d’Arthur Lamendin en 1882 pour le Pas de Calais, et celle du Nord, créée en 1883 par Émile Basly, héros de la grève d’Anzin, l’Etienne Lantier de Germinal ; la politique en France prit une orientation plus sociale avec la création d’une commission parlementaire (dite des 44) : « Commission d’enquête parlementaire sur la situation des ouvriers de l’agriculture et de l’industrie en France » dont le rapporteur était Clemenceau avec un certain, Charles Ledoux comme expert ; la gestion et la survie économique de la Compagnie des Mines d’Anzin ont été longuement étudiées par cette commission parlementaire. Après une gestion directe des actionnaires catastrophique, la Compagnie des Mines d’Anzin s’est trouvée devant un problème de survie. Les propositions de Ledoux furent acceptées et la fosse Chabaud-la-Tour put être utilisée en attendant le fonçage de la fosse « Ledoux » dont les deux puits furent creusés à Condé sur Escaut en 1900. Charles Ledoux fit adopter les techniques et méthodes nouvelles, qu’il enseignait à l’École des Mines : la planification, l’organisation rationnelle du travail , la mécanisation et mit l’accent sur les compétences, la formation et la sécurité.

Enfin, dans un dernier chapitre , la Grande Guerre, PENARROYA et l’usine MALFIDANO, nous nous interrogerons sur ce qu’était devenue l’usine de Noyelles-Godault pendant la Grande Guerre. Quand la Société PENARROYA est-elle intervenue la première fois dans les « affaires » de MALFIDANO ? Qu’en est-il de l’accusation portée contre les Sociétés Rothschild Frères et PENARROYA par le commandement français au début de la Grande Guerre de fournir le plomb des balles à l’ennemi ? Comment tout le commerce du plomb de PENARROYA qui était dans les mains de la Société Rothschild Frères, a-t-il pu passer juste avant la Grande Guerre, en 1910, à la Société allemande Metallgesellshaft. Et pourquoi sous la pression des alliés, a été créé le cartel : Minerais & Métaux, gérée de fait par Rothschild et PENARROYA, comprenant MALFIDANO et la bien mystérieuse Société Sopwith ? Pourquoi l’usine, en zone allemande, était-elle devenue la cible privilégiée de l’artillerie des alliés ? Que faisaient donc au château, ces étranges visiteurs, l’as de l’aviation allemande Von Richthofen, le Baron Rouge et le sinistre et futur maréchal Goering ? Comment l’usine, devenue base allemande et dépôt de munitions pour alimenter toutes les lignes de l’occupant, a été réellement détruite ? Destruction par les bombardements alliés et/ou par le dynamitage systématique des usines et des infrastructures par l’occupant en fuite ? Comment l’usine MALFIDANO s’est-elle trouvée au cœur d’une des premières batailles aérienne et terrestre de l’Histoire, la bataille terrestre de Vimy et la bataille aérienne d’Arras ? Combien de fois nous sommes-nous interrogés sur ce qu’étaient devenus ces enfants au travail après la mobilisation d’août 1914 ? Chargeaient-ils les camions d’obus qui allaient s’abattre sur leurs pères mobilisés de l’autre côté du front ? L’histoire des hommes et surtout des femmes pendant la terrible occupation de la Grande Guerre reste à écrire. Que restera-t-il de notre histoire et celle du site si nous n’y prenons garde ? … Une carte postale, quelques photographies jaunies, quelques souvenirs, mais peu de documents. Nous entendons de toutes parts, de nos amis, de notre famille, qu’il est temps de tourner la page. Et bien avec ce livre, nous pourrons tourner la page de l’histoire de l’usine MALFIDANO, de ces hommes, de ces femmes et de ces enfants, qui avaient leur travail à Noyelles-Godault et leur logement à Courcelles-lès-Lens: Ce sera aussi l’histoire du site et enfin l’histoire des compagnies MALFIDANO – PENARROYA et Rothschild Frères – METALEUROP.

Alors nous pourrons raconter à nos enfants et nos petits enfants : Il était une fois, une usine métallurgique … sa construction débuta le 26 janvier 1894 sur un site localisé à Noyelles-Godault, puis elle grandit sur le territoire de Courcelles-lès-Lens, et avec la chute de la grande cheminée, le 17 mars 2006, ce fut la fin de l’histoire de la métallurgie sur le site.

Commentaires

05.11 | 08:20

bonjour je viens d'apprendre le décé de monsieur Benard Calujek

...
19.10 | 07:19

décès de PETIT Gérard. Funérailles auront lieu le samedi 21octobre à 10 h 30

...
28.06 | 11:53

de tous coeurs a toutes ses personnes disparus

moi meme reconnu amiante depuis 3 mois

...
25.06 | 17:05

c'est avec une grande tristesse que je viens d'apprendre le décès de Yvon Dubus j'adresse à Daniel Dubus et à toute sa famille mes plus sincères condoléances

...
Bonjour !
Créez votre site web tout comme moi! C'est facile et vous pouvez essayer sans payer
ANNONCE